Le Taj Mahal

Construit par l’empereur Moghol, Shah Jahan, à la mémoire de son unique amour, le Taj Mahal ou « Joyau du Palais » est classé Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 1983.

 

Shah Jahan ; l’empereur Moghol bâtisseur…

 

Considéré comme l’un des plus grands souverains de l’empire Moghol, Shah Jahan est surtout connu pour sa passion de l’architecture. On considère d’ailleurs que sa période de règne, représente l’âge d’or de l’architecture Moghol en Inde. À l’origine, le peuple Moghol venait d’Ouzbékistan et s’est installé en Inde, à partir de 1524. Sans compter le Taj Mahal, beaucoup de bâtiments et de monuments ont été édifiés en Inde, sur ordre de Shah Jahan. On compte entre autre, les bâtiments en marbre blanc du Fort Rouge d’Agra, le fort rouge et la mosquée de Delhi - considérée comme la plus grande d’Inde. Il est également le fondateur de la vieille ville de Delhi, appelée autrefois Shahjahanabad. Mais Shah Jahan ne pensait pas s’arrêter là. Il comptait faire construire un autre Taj Mahal de marbre noir, destiné à accueillir son propre tombeau, mais il en fut empêché par son fils Aurangzeb, qui craignait que son père dilapide l’argent de l’empire avec toutes ses constructions et qu’il ne lui reste plus rien quand il sera empereur. Il décida d’emprisonner son père dans une cage dorée, au coeur du Fort Rouge d’Agra, jusqu’à sa mort.

 
 
Photo par byheaven/iStock/Getty Images
 

Une histoire d’amour digne de Bollywood…

À l’origine, Shah Jahan vivait dans le Fort Rouge d’Agra avec sa famille. Dans cette forteresse, un marché de pierre précieuses était installé, pour permettre au membre de la famille impériale d’acheter des bijoux et toutes sortes d’objets. À cette époque, les femmes voilées ne pouvaient pas sortir du fort. C’était donc les commerçants qui venait leur présenter leurs marchandises. C’est là que Shah Jahan et Mumtaz Mahal se sont rencontrés. Elle appartenait à une famille de marchands de pierres semi-précieuses et de bijoux. Shah Jahan se promenait souvent dans le marché et les jardins alentours. Lorsque ses yeux se posèrent sur Mumtaz Mahal, il tomba immédiatement amoureux de cette jeune fille. Elle était âgé de 14 ans, lui en avait 15. Un jour, il décida d’acheter quelques achats à cette boutique. Il choisit quelque chose en cristal et paya la somme demandée par la jeune fille. Au moment de partir, Mumtaz Mahal éclata de rire en lui disant qu’il n’avait pas bien regardé, et qu’il avait acheté un morceau de sucre contre une somme exorbitante. Pour Shah Jahan, l’argent n’avait aucune importance. Ce qu’il voulait par dessus tout, c’était parler à la jeune fille dont il était tomber follement amoureux et passer le plus de temps possible avec elle. Il faut savoir que, malgré qu’elle soit issu d’une famille de noble persan, venue d’Iran, il n’était pas autorisé à la fréquenter ; non pas parce qu’elle n’était pas musulmane, mais parce qu’elle n’était pas de son rang. Deux ans plus tard, il se révolta contre sa famille et obtenu gain de cause. Il épousa finalement la jeune fille. Shah Jahan avait deux autres femmes ; Akbarabadi Mahal et Fatehpuri Mahal. Cependant, il les a épousé uniquement pour des raisons politiques. Mumtaz Mahal demeura son seul et unique amour. D’ailleurs, elle a été la seule à lui donner une descendance. Ensemble, ils ont eu quatorze enfants. Sa dernière grossesse lui fut fatale…

Situé à plus de 800 kilomètres d’Agra, la ville de Burhanpur subissait la tyrannie de la dynastie Khilgi. Mumtaz Mahal, qui était plus que sa femme, comme une confidente ou un conseiller politique, demanda à Shah Jahan de s’y rendre afin de protéger les populations. Comme il l’aimait, il ne lui refusait jamais rien. Elle décida d’aller à Burhanpur avec lui, comme à son habitude, puisqu’elle l’avait toujours suivi dans ses voyages. Cependant, Shah Jahan hésita puisque sa femme était enceinte de leur quatorzième enfant. Il considérait ce voyage dangereux pour elle, car pendant que lui serait à la guerre, elle resterait au campement avec les autres femmes, et que s’il y avait des problèmes avec le bébé, cela pourrait leur coûter la vie à tout les deux. Comme elle insista, il accepta. Quelques semaines plus tard, alors qu’elle est au campement et Shah Jahan sur le front, l’accouchement se déclencha. Seulement, elle souffrait tellement qu’elle ne pouvait donner naissance à son bébé. Les médecins étaient impuissants face à ses cris de douleur, et il demanda qu’on prévienne l’empereur de l’état de sa femme, pour qu’il puisse venir à son chevet. Lorsqu’il arriva, il pleura de douleur de voir sa femme dans un tel état. Se savant condamnée, Mumtaz Mahal lui demanda d’exaucer trois voeux. Premièrement, pas de remariage. Il avait déjà eu trois femmes, elle ne voulait pas qu’une autre ne la remplace et souhaitait garder sa place dans le coeur de Shah Jahan. Deuxièmement, pas d’éducation sévère pour leurs enfants. Elle voulait une éducation maternelle pour eux, et qu’il prenne soin d’eux s’ils tombaient malades, comme leur maman faisait. Pour terminer, elle souhaitait qu’il bâtisse un monument à la mémoire de leur amour. Elle lui rappela qu’un jour, alors qu’ils se promenait sur les rives de la rivière Yamuna, ils avaient évoqué ensemble, la construction d’un monument à la gloire de leur amour.

Quelques heures plus tard, Mumtaz Mahal rendit son dernier souffle. Dans un premier temps, elle fut momifiée et enterrée à Burhanpur. Dévasté par la mort de son unique amour, Shah Jahn décréta que le mercredi, jour de mort de sa femme, serait jour de deuil jusqu’à sa mort. Pendant six mois, il se laissa dépérir et refusa de s’occuper de son peuple. Seulement, son premier ministre, un homme averti, le mis en garde : quand un empereur refuse de régir son peuple, les princes et les ennemis se précipitent pour le renverser. Sachant la promesse qu’il avait fait à Mumtaz Mahal, il reprit les rênes peu à peu et décida, enfin, de lancer la construction du futur Taj Mahal.

 
 

Le Taj Mahal, chef d’oeuvre de l’architecture Moghol

Photo par VSanandhakrishna/iStock/Getty Images
 

Le chantier du Taj Mahal dura 22 ans, de 1631 à 1653, avec 15 000 ouvriers par jour. Shah Jahan, après avoir repris les rênes de son empire, envoya des messagers partout dans le monde, afin de trouver des architectes musulmans pour la construction de ce mausolée. C’est Ustad Ahmad Lahauri, originaire de l’actuel Pakistan, qui est considéré comme l’architecte principal du Taj. Le budget accordé par Shah Jahan pour la construction est inconnu ; il n’a jamais révéler le montant des travaux.

Le site du Taj Mahal est 100% symétrique, selon les principes du Coran. Dans l’Islam, au paradis, il y a un jardin quatre motifs, avec quatre rivières : la première d’eau, la deuxième de lait, la troisième de miel et la quatrième de vin. C’est pourquoi les jardins du Taj Mahal sont divisés en quatre. Shah Jahan, et plus généralement les Moghols, considéraient que, après la mort, l’âme va au paradis, mais le corps doit y reposer aussi. Après la construction du Taj, ils transportèrent le corps de Mumtaz Mahal jusqu’au mausolée, représentation coranique du paradis. D’ailleurs, les calligraphies que l’on peut apercevoir sur le Taj Mahal, sont des versets du Coran

De part et d’autres du Taj Mahal, il y a deux bâtiments : à gauche, une mosquée, à droite, son double parfaitement identique. Absolument tout le site du Taj Mahal est symétrique à l’exception d’une chose : le tombeau de Mumtaz, située au coeur du mausolée. À la mort de son père, Aurangzeb fit placer le tombeau de Shah Jahan à côté de celui de sa mère. Il faut savoir que le tombeau qui est visible, n’est qu’une réplique : les véritables sont situées au sous-sol du Taj Mahal. Le marbre blanc qui constitue le Taj  est extrait du Rajasthan ainsi que le grès rouge qui a servi à la construction des autres monuments. Les motifs floraux que vous pourrez admirer sur les murs du Taj Mahal ne sont pas fait à l’aide de la peinture. Ce sont des pierres semi-précieuses incrustées dans le marbre : le jaspe pour le jaune, la turquoise pour le bleu clair, la malachite pour le vert, le lapis-lazuli pour le bleu foncé, la cornaline pour le orange, l’onyx pour le noir et le nacre pour le blanc.